Archives pour la catégorie cinema

autobiogaphie4, autobiographie6, Homs,chronique d’une révolte,

michel dieuzaide photographe, cinéaste

michel dieuzaide La dépêche du midi 25/3/2009

michel dieuzaide
La dépêche du midi 25/03/2009

michel dieuzaide photo philippe Taris pour Sud-Ouest 01/06/2010 photo Philippe Taris pour Sud -Ouest

michel dieuzaide
photo philippe Taris
pour Sud-Ouest
01/06/2010 

J’ai eu la chance de rencontrer michel dieuzaide, photographe, cinéaste, amoureux de la peinture, de la littérature, de la musique… ami des artistes. Il vit et travaille dans les Hautes Pyrénées. J’aime son regard de photographe sur mes pièces, ce qu’il en dit , son enthousiasme . Il  fait de très beaux portraits de mes céramiques, de mes peintures, comme on fait des portraits en pied de personnages avec une intégrité , un souci de vérité, un désir de voir et de comprendre , jamais trahis par  des » effets » de photographie.

Son oeuvre importante se comporte de films sur les peintres, de films sur les musiciens, de fims sur l’Espagne et de nombreux livres.  Son dernier livre:  » …de la maison  » Des images sur la chaîne des Pyrénées à toutes les saisons dans toutes les lumières. Ed MonHelios 2013

La liste que vous trouverez ici n’est pas exhaustive.

Lire la suite

Homs, Chronique d’une révolte, Eau argentée, Syrie autoportrait

homs

Homs en Syrie, après 3ans de guerre

J’ai vu la semaine dernière sur Arte un documentaire qui m’a boulversé:

 » HOMS, CHRONIQUE D’UNE REVOLTE  » De Talal Derki.

Ce documentaire nous raconte de l’intérieur de Homs, l’histoire de la révolution syrienne qui tourne mal.  Comment les acteurs d’une révolution qu’ils  voulaient pacifique sont dans l’obligation de passer à une guerre qui semble sans issue pour eux.

Nous assistons impuissants au siège et à la destruction de Homs et nous suivons ces combattants isolés du monde dans leur combat desespéré. Nous n’en sortons pas indemnes.

Ce documentaire a reçu le prix du jury au festival de Sundance 201

Décembre 2014:       Eau Argentée, Syrie autoportrait

Si le cinema est un art, ce film, Eau Argentée, en est une preuve éclatante..

Wiam Simav est à Homs, une camera lui tombe littéralement dans les mains et c’est un geste de survie, donc de vie qui la pousse à filmer ce quotidien de la guerre et de la destruction de Homs.

Ossama Mohammed , réalisateur syrien, est en exil à Paris depuis 2011. Tous deux rentrent en relation par mail.

Elle filme avec un naturel  libre de toutes contraintes techniques ou esthétiques tandis qu’il reçoit ses images , les travaille , les monte. Sublimation de l’horreur, beauté et  force de la vie , et c’est bien finalement cette détermination à être là-bas et à oser exister dans cet enfer qui  donne à ce film, qui nous donne une force inouie..

 

 

Autobiographie 6

Jean rouch

Jean Rouch

images

Ateliers varan

Puis enfin, au bout de 8 ans le divorce est prononçé ; très mal défendue par des avocats qui n’ont jamais rien compris  au drame qui se jouait , je dois quitter Beaucens dans de mauvaises conditions matérielles .Je décide de rester dans la vallée pour tenter de retrouver un lien avec mon ex-mari qui lui est revenu à Beaucens et qui a l’atelier et le four, je suis démunie. Je continue mon travail dans un nouvel atelier, j’y reçois des élèves. Je n’installe pas de four dans ce nouvel endroit   qui n’est pas du tout fait pour moi. Je comprends finalement que ma vie ne me ressemble plus, qu’il faut que je fasse un pas de côté, voir plus, sortir de ma solitude, de mon isolement ,travailler au contact des autres , j’ai été au bout de quelque chose.

Et puis cette rencontre avec une amie à Noël qui travaille au CNC à qui je dis au cours d’un repas : si j’avais 18 ans et que j’avais à choisir des études aujourd’hui, je ferais une école de cinéma. Elle me répond : mais tu sais que tu peux encore ! Et elle m’envoie les documents des Ateliers Varan.  Et ca marche!, Je suis inscrite pour une formation de mai à juillet 2014 ( a suivre)

Les Ateliers Varan sont un lieu de formation à la pratique de la réalisation documentaire créés par jean Rouch, ethnologue, pionnier du cinema documentaire et du cinema ethnologique, précurseur de la nouvelle vague et qui a travaillé principalement en Afrique, notemment en pays Dogon. Quelques uns de ses films: Cocorico monsieur poulet, La chasse au lion à l’arc, Jaguar, Moi, un noir, Les Maîtres Fous…et bien d’autres font partie du Panthéon de mon Cinéma

www.isabelleroux.fr

Autobigraphie 4

Agnès Vardajean Rouch en Afriquejean Renoir, jean Rouch, jean-luc GodartDans le même temps, je découvre le cinéma à travers un écran de télévision noir et blanc dont l’image est souvent agrémentée de flocons de neige, une mauvaise réception….. Le ciné-club de Claude Jean Philippe me permet de découvrir un cinéma qui me passionne, celui de Jean Renoir, de Jean Rouch, d’Agnès Varda (que j’ai rencontrée plus tard avec ma céramique,) de la nouvelle vague,de Misoguchi, de Billy Wilder ,de Bunuel ,de Rossellini, de Fellini,d’ Hitchcock et de tant d’autres réalisateurs que j’ai découvert par la suite. Un art qui me passionne ,qui me nourrit et qui me mène dans les salles dès que j’en ai l’occasion. Le cinema est loin géographiquement mais je sens qu’il est proche de moi. Il y même pour moi un point commun entre la céramique (la mienne peut-être )et le cinema, ce sont des cultures, des expressions de l’oralité, par opposition à la culture de l’écrit, la littérature par exemple. Même si les deux expressions sont d’abord visuelles, ce qui n’est pas contradictoire d’ailleurs. Mon ami Michel Dieuzaide photographe parle quand il prend mes pièces en photos des » bouches « ( à suivre)