« Les terres d’Isabelle » suite

Et dialogue plus sourd avec la nature. Terre. Pièces presque noires au trou profond qui fait
un peu peur. Matrice et mort. Lumière et ombre. Pièces qui vivent dans les herbes. Sous
la glycine, avec le thym. Au bord de l’eau. Au pied des montagnes. Sous la neige. On n’en
finit pas.Conversation encore des pièces entre elles. Air de famille. Grand air. La petite carrée aux
angles pointus dit quelque chose à la grande ronde. La faiblesse de la presque effondrée
informe la plus raide. Les grandes stèles de porcelaine bossues,lacunaires, blanches du
deuil japonais, s’enroulent tant bien que mal sur elles-mêmes, comme pour lécher leurs
plaies, mais se consolent aussi de leur déchirement en s’inclinant légèrement les unes
vers les autres.Forêt d’Ents.
Pour les aventuriers, les céramiques d’Isabelle Roux sont à découvrir comme de nouvelles
terres pleines de secrets.

F. Coursaget
         

terres sous la neige

souches stèles juillet 09 015

« souches-stèles » porcelaines
 » Forêt d’Ents »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s